ACTUALITES

Le CHT rassemble et conserve les documents relatifs aux mouvements ouvrier et paysan, et au travail pour constituer un fonds disponible à la fois pour les organisations ouvrières et paysannes et pour toute personne désireuse d'en étudier l'évolution.

 

Pour en savoir plus sur son histoire.

Partager "Edito/accueil" sur facebookPartager "Edito/accueil" sur twitterLien permanent
  • Contact

    Centre d'histoire
    du travail

     

    Ateliers et Chantiers
    de Nantes
    2bis, boulevard Léon-Bureau
    44200 Nantes
    (Tram ligne 1 /
    Chantiers Navals)

     

    02 40 08 22 04
    contact[at]cht-nantes.org

    Imprimer
    Partager "Contact" sur facebookPartager "Contact" sur twitterLien permanent
  • Ouverture

    Horaires d'ouverture

    du mardi au vendredi
    de 9h à 12h30
    de 14h à 17h

     

    Le CHT est ouvert à toutes et tous sur les horaires d'ouverture.

     

    Pour consulter les fonds, il est conseillé de prendre rendez-vous (simple appel ou email).

    Imprimer
    Partager "Ouverture" sur facebookPartager "Ouverture" sur twitterLien permanent
  • Lettre d'information

    Vous souhaitez vous abonner à notre lettre d'information bimensuelle ?
     

    S'inscrire

    Imprimer
    Partager "Lettre d'information" sur facebookPartager "Lettre d'information" sur twitterLien permanent
  

Nantes, mai 1950 : les "Neuf" contre la guerre d'Indochine

Le 12 mai 1950, des « combattants de la paix » bloquent un train militaire à Nantes et renversent sur les voies, un canon anti-DCA. Cette opération spectaculaire, menée par le PCF, a un but : montrer que la classe ouvrière refuse la guerre d’Indochine. C’est pourquoi des opérations similaires ont lieu à Roanne, à Saint-Brieuc ou encore Cannes-la Bocca.

 

Dénoncés par une garde-barrière, neuf militants (dont deux femmes) sont très vite arrêtés et inculpés d’« entrave violente à la circulation de matériel servant à la défense nationale ». Si quatre d’entre-eux sont relâchés grâce à la mobilisation portée par le Secours populaire, les cinq autres restent en détention préventive jusqu’à leur procès fixé au 15 mars 1951. Les « neuf de Nantes » sont d’ailleurs les derniers à être jugés après les « 16 de Roanne », les « 12 de Saint-Brieuc » et les « 10 de La Bocca ».

 

Le verdict du tribunal militaire de Paris ? Trois hommes sont acquittés, tandis que les autres inculpés sont condamnés à de lourdes peines de prison (assorties du sursis) et à des amendes conséquentes. Jean Kernéis, pourtant malade, écope d’une peine de quatre ans de prison avec sursis, et de huit ans d’interdiction de séjour car pour la justice, c’est le « cerveau » de l’opération… Cette affaire souligne la radicalisation du PCF dans le contexte de la « guerre froide », ceci sous le double signe de la lutte pour la Paix et de l’opposition à la guerre d’Indochine.

 

Ces actions militantes, entraînant inévitablement la répression gouvernementale, donnent naissance à des « affaires » qui sont autant de leviers de popularisation du combat. Les deux « affaires » les plus symboliques sont celles touchant Henri Martin et Raymonde Dien : le premier, militaire de carrière et communiste de conviction, est condamné à cinq ans de détention pour propagande anti-guerre ; la seconde est incarcérée pour s’être « couchée sur les rails », devant un train militaire, en gare de Saint-Pierre-des-Corps lors d’une manifestation du PCF.

 

Lors des procès, le tribunal devient une tribune politique pour la force principale de la gauche française, mais une force ostracisée, tenue à l’écart des alliances et combinaisons politiciennes. Un parti isolé qui transforme ses militants en héros de la cause pacifiste (et non ipso facto anti-colonialiste) et apparaît toujours aux yeux du pouvoir comme une incarnation de « l’anti-France » ; incarnation qu’il faut réprimer avant qu’elle ne s’empare des esprits et fasse vaciller l’Empire…

 

Contribution de Yvon Gourhand et Henri Routhiau.

 

Sources :

 

Jacques Rousseau, « Après les 18 de Roanne, les 12 de St-Brieuc… les 9 de Nantes », Bulletin de l’IHS-CGT 44, n°12 de février 2014, pp. 10-14.

 

Loi n°50-298 du 11 mars 1950 dite « scélérate » et relative à la répression de certaines atteintes à la sûreté extérieure de l’État, JORF du 12 mars 1950, pp. 2274-2275.

 

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2013.

 

Article initialement publié sur le blog du CHT le 2 juin 2020.

 

Retour vers la liste d'articles

RetourHaut