ACTUALITES

Le CHT rassemble et conserve les documents relatifs aux mouvements ouvrier et paysan, et au travail pour constituer un fonds disponible à la fois pour les organisations ouvrières et paysannes et pour toute personne désireuse d'en étudier l'évolution.

 

Pour en savoir plus sur son histoire.

Partager "Edito/accueil" sur facebookPartager "Edito/accueil" sur twitterLien permanent
  • Contact

    Centre d'histoire
    du travail

     

    Ateliers et Chantiers
    de Nantes
    2bis, boulevard Léon-Bureau
    44200 Nantes
    (Tram ligne 1 /
    Chantiers Navals)

     

    02 40 08 22 04
    contact[at]cht-nantes.org

    Imprimer
    Partager "Contact" sur facebookPartager "Contact" sur twitterLien permanent
  • Ouverture

    Horaires d'ouverture

    du mardi au vendredi
    de 9h à 12h30
    de 14h à 17h

     

    Le CHT est ouvert à toutes et tous sur les horaires d'ouverture.

     

    Pour consulter les fonds, il est conseillé de prendre rendez-vous (simple appel ou email).

    Imprimer
    Partager "Ouverture" sur facebookPartager "Ouverture" sur twitterLien permanent
  • Lettre d'information

    Vous souhaitez vous abonner à notre lettre d'information bimensuelle ?
     

    S'inscrire

    Imprimer
    Partager "Lettre d'information" sur facebookPartager "Lettre d'information" sur twitterLien permanent
  

Laval, la Wessafic en procès (22 février 1978)

À partir du milieu des années 1960 plusieurs firmes agroalimentaires proposent aux agriculteurs, en leur faisant miroiter des bénéfices mirobolants, des contrats dits « d’intégration » : elles leurs fournissent de jeunes animaux (poussins, cochons, veaux), l’alimentation et les compléments vétérinaires, en contrepartie de quoi les éleveurs fournissent les bâtiments d’exploitation (il s’agit de productions hors-sol), l’eau, l’électricité, les assurances et leur force de travail afin d’engraisser les animaux le plus rapidement possible.

 

Ces contrats sont particulièrement séduisants pour des paysans déjà en difficulté, dont les exploitations n’ont plus la taille critique pour suivre la modernisation à marche forcée de l’agriculture Française. Ces agriculteurs deviennent des travailleurs à façon sans plus aucune maitrise sur la qualité des jeunes animaux qui leur sont fournis, ni sur celle de l’alimentation qu’ils doivent administrer « scientifiquement ». Lorsque les rendements ne sont pas à la hauteur des prévisions, les producteurs sont souvent culpabilisés par les techniciens des entreprises intégratrices qui mettent en cause leurs méthodes de travail et leurs compétences. La vente des animaux ne couvrant parfois même plus leurs frais, certains chefs d’exploitation, dont le choix de l’intégration les avait isolés au sein de la profession, se retrouvent seuls et en grandes difficultés.

 

Au début des années 1970, de sérieux doutes commencent à peser sur la qualité d’un aliment destiné aux veaux de boucherie et distribué par l’entreprise Wessafic : les veaux grossissent moins vite et une surmortalité est observée. Les Paysans-travailleurs et le journal Vent-d’Ouest, poussent les éleveurs à s’organiser, en créant des comités de défense, afin d’obtenir des indemnités ou le remboursement du manque à gagner. En 1974 est créé le Collectif national de liaison des éleveurs intégrés, le CLEI, qui s’efforce de coordonner ces luttes. Le 4 juillet 1977, des éleveurs de plusieurs départements occupent, à Nantes, une fabrique d’aliment travaillant pour Wessafic. Face au refus de la firme d’engager des négociations sérieuses, le CLEI entame une campagne d’information à destination des éleveurs. Trois de ses principaux animateurs sont alors poursuivis en diffamation et leur procès à lieu à Laval, le 22 février 1978. Wessafic est débouté et les 1 500 manifestants venus soutenir les inculpés organisent le procès symbolique de la firme dans une salle voisine du tribunal.

 

Cette journée constitue une véritable publicité pour l’action du CLEI qui, en alternant « opérations coup de poing » et action judiciaire, fait largement évoluer la jurisprudence en faveur des producteurs intégrés. En 1980, le CLEI, aux côté des Paysans-travailleurs et de l’association de consommateurs, UFC Que-choisir, sera à l’origine de la dénonciation du scandale du veau aux hormones.

 

Sources :

 

Archives CHT, fonds ANPT (Association nationale Paysans-travailleurs), fonds Bernard Lambert, fonds Paysans travailleurs 44 et fonds René Bourrigaud.

 

Jean-Marc Herreng, Vingt ans de luttes paysannes en Vendée, 1968-1988 : du CDJA à la Conf’, Éditions du CHT, 2015.

 

Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne, des contestations des années 1960 à la Confédération paysanne, La Découverte, 2005.

 

Gilles Luneau, La forteresse agricole, une histoire de la FNSEA, Fayard, 2004.

 

Yves Chavagne, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, La Digitale, 1988.

 

Article initialement publié sur le blog du CHT le 16 novembre 2015.

 

Retour vers la liste d'articles

RetourHaut