ACTUALITES

Le CHT rassemble et conserve les documents relatifs aux mouvements ouvrier et paysan, et au travail pour constituer un fonds disponible à la fois pour les organisations ouvrières et paysannes et pour toute personne désireuse d'en étudier l'évolution.

 

Pour en savoir plus sur son histoire.

Partager "Edito/accueil" sur facebookPartager "Edito/accueil" sur twitterLien permanent
  • Contact

    Centre d'histoire
    du travail

     

    Ateliers et Chantiers
    de Nantes
    2bis, boulevard Léon-Bureau
    44200 Nantes
    (Tram ligne 1 /
    Chantiers Navals)

     

    02 40 08 22 04
    contact[at]cht-nantes.org

    Imprimer
    Partager "Contact" sur facebookPartager "Contact" sur twitterLien permanent
  • Ouverture

    Horaires d'ouverture

    du mardi au vendredi
    de 9h à 12h30
    de 14h à 17h

     

    Le CHT est ouvert à toutes et tous sur les horaires d'ouverture.

     

    Pour consulter les fonds, il est conseillé de prendre rendez-vous (simple appel ou email).

    Imprimer
    Partager "Ouverture" sur facebookPartager "Ouverture" sur twitterLien permanent
  • Lettre d'information

    Vous souhaitez vous abonner à notre lettre d'information bimensuelle ?
     

    S'inscrire

    Imprimer
    Partager "Lettre d'information" sur facebookPartager "Lettre d'information" sur twitterLien permanent
  

Bagatskoff, un drôle de Sarthois

À Château-du-Loir, modeste commune sarthoise de 4000 âmes, vécut un bien singulier personnage. Nous ne voulons pas évoquer ici Pierre Loutrel (1916-1946) du célèbre gang des tractions avant, plus connu sous le nom de Pierrot le Fou, ennemi public n°1 dans la France de l’immédiat après-guerre. Nous voulons parler d’un dénommé Henri Bagatskoff, alias Bagats.

 

Bagats est né en janvier 1878 dans la lointaine Russie tsariste, du côté de Smolensk, au nord-ouest de Moscou. Lors de son service militaire, il déserte et gagne clandestinement la France où son esprit rebelle lui fait croiser des personnages aussi illustres que Sébastien Faure, pédagogue libertaire, conférencier roué et dreyfusard de la première heure, ou encore Pierre Kropotkine, le célèbre géographe anarchiste, figure centrale du communisme libertaire et exilé comme lui.

 

Comme le firent tant d’autres proscrits, de bonne grâce ou sous la pression (songeons à Emma Goldman et Victor Serge…), Bagats retourne sur sa terre natale après la Révolution de 1917. On sait peu de choses sur son séjour en Russie soviétique sinon qu’il fut emprisonné par le pouvoir bolchevique et qu’il parvînt à quitter le pays. De retour en France, il s’installe à Château-du-Loir où il fonde un groupe de propagande anarchiste.


En 1941, dénoncé par un « bon Français » pour avoir caché des Juifs, il est déporté au camp de concentration de Buchenwald. Il y reste jusqu’en avril 1945. Bien qu’affaibli par ces quatre années de privations et de mauvais traitements, il reprend sans tarder ses activités militantes locales, adhère à la Fédération anarchiste reconstituée à la Libération et participe au congrès de fondation de la Confédération nationale du travail qui rassemble des cénétistes espagnols réfugiés en France, des militants anarcho-syndicalistes français et quelques jeunes libertaires issus de la Résistance. Bagats s’est éteint en 1955 dans sa maison du Côteau de Goulard.

 

Biographie rédigée par le Centre d'histoire du travail d’après une notice, et avec l'amicale autorisation, de Rolf Dupuy pour Les Anarchistes. Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone.

 

Article initialement publié sur le blog du CHT le 1er avril 2016.

 

Retour vers la liste d'articles

RetourHaut