ACTUALITES

Le CHT rassemble et conserve les documents relatifs aux mouvements ouvrier et paysan, et au travail pour constituer un fonds disponible à la fois pour les organisations ouvrières et paysannes et pour toute personne désireuse d'en étudier l'évolution.

 

Pour en savoir plus sur son histoire.

Partager "Edito/accueil" sur facebookPartager "Edito/accueil" sur twitterLien permanent
  • Contact

    Centre d'histoire
    du travail

     

    Ateliers et Chantiers
    de Nantes
    2bis, boulevard Léon-Bureau
    44200 Nantes
    (Tram ligne 1 /
    Chantiers Navals)

     

    02 40 08 22 04
    contact[at]cht-nantes.org

    Imprimer
    Partager "Contact" sur facebookPartager "Contact" sur twitterLien permanent
  • Ouverture

    Horaires d'ouverture

    du mardi au vendredi
    de 9h à 12h30
    de 14h à 17h

     

    Le CHT est ouvert à toutes et tous sur les horaires d'ouverture.

     

    Pour consulter les fonds, il est conseillé de prendre rendez-vous (simple appel ou email).

    Imprimer
    Partager "Ouverture" sur facebookPartager "Ouverture" sur twitterLien permanent
  • Lettre d'information

    Vous souhaitez vous abonner à notre lettre d'information bimensuelle ?
     

    S'inscrire

    Imprimer
    Partager "Lettre d'information" sur facebookPartager "Lettre d'information" sur twitterLien permanent
  

Sarthe : Henri Lemonnier, le médecin rebelle

Nous sommes en 1852 et si l’on en croît le préfet de la Sarthe, l’homme est « dangereux à tous les points de vue : contre la religion, la propriété, contre le président, ennemi du gouvernement… ». Cet homme n’est pas un de ces « rouges » aux mains calleuses que la misère trop souvent exalte, mais un notable du cru, médecin de son état : Henri Lemonnier (1814-1895).

 

Né dans une famille de la petite bourgeoisie rurale sarthoise, Henri Lemonnier achève ses études de médecine en 1838 et s’installe à Château-du-Loir, partageant son temps entre l’hospice, le bureau de bienfaisance et la visite aux malades.

 

Humaniste, franc-maçon et républicain en un temps où il n’était guère judicieux de l’être, Henri Lemonnier devient l’une des figures politiques locales. Mais il est loin de faire l’unanimité, y compris chez les républicains qui ne le trouvent pas assez consensuel : Lemonnier serait un « homme d’opinions excellentes mais un peu vives dans leur expression ». Lors de la Seconde République (1848-1852), il cumule les fonctions de conseillers municipal et d’arrondissement, tout en sillonnant la campagne sarthoise. Ses adversaires politiques redoutent ce républicain socialisant, proche de Ledru-Rollin (ancien député du Mans devenu ministre puis figure de l’extrême-gauche) d’autant plus, disent-ils, qu’il profite de ses tournées pour diffuser la presse séditieuse et ainsi corrompre la « classe indigente » : « Une bienfaisance apparente, une sorte de sollicitude pour les pauvres étaient ses moyens d’influence et il en usait largement ».

 

Il n’est guère étonnant que durant le Second Empire Henri Lemonnier subisse la répression étatique. Déchu de ses mandats, il est interdit de séjour en Sarthe jusqu’en 1853. Amnistié, il est autorisé à reprendre ses activités mais cinq ans plus tard, le voici de nouveau arrêté, mis dans un bateau et envoyé en Algérie, sans doute à Mostagadem. Il y reste une année comme d’autres proscrits, ne bénéficiant qu’en août 1859 d’une mesure d’amnistie générale.

 

Cet exil calme sans doute les ardeurs du médecin rebelle. Le commissaire de police de Château-de-Loir classe ainsi sans suite les dénonciations anonymes le concernant. Il ne voit plus en Lemonnier le notable séditieux, organisant des sociétés secrètes pour nuire au régime, mais un homme qui a « donné en plusieurs circonstances des preuves d’un retour sincère aux idées d’ordre et à des sentiments meilleurs et moins subversifs. »

 

Assagi peut-être, mais non renégat ! Henri Lemonnier demeura tout au long de sa longue carrière politique (il fut conseiller général de la Sarthe, 1863-1895, député, 1876-1882, et sénateur, 1882-1895) un « ferme républicain », « une conscience », un « farouche anticlérical », désireux de faire pénétrer dans les campagnes aussi bien l’instruction que la santé publiques.

 

Source :

 

Cette contribution doit tout au travail de Gérard Boëldieu, auteur de la notice de Henri Lemonnier pour le compte du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, alias "le Maitron". [http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article33838, notice LEMONNIER Pierre, Jean-Baptiste, Henri [LE MONNIER Henri] par Gérard Boëldieu, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 mai 2018.]

 

Article initialement publié sur le blog du CHT le 3 septembre 2018.

 

Retour vers la liste d'articles

RetourHaut